Voir les photos (2)

Chemin de Barker en Vallée Dordogne Etape 4

Pédestre à Pays de Belvès
20.0 km
à pied
Difficile
  • Harrison Barker est un voyageur anglais qui écrivit des livres pour relater ses expériences au contact des populations du sud de la France. « Two Summers in Guyenne, chronicle of the wayside and waterside » raconte ses périples en Dordogne. Cette 4ème étape vous mènera de Belvès à Cadouin, chemin faisant vous admirerez la chapelle de Capelou puis l’église de Saint Pardoux de Belvès. Vous traverserez la forêt de la Béssede et au détour d’un sentier, arrêtez vous pour contempler le dolmen de...
    Harrison Barker est un voyageur anglais qui écrivit des livres pour relater ses expériences au contact des populations du sud de la France. « Two Summers in Guyenne, chronicle of the wayside and waterside » raconte ses périples en Dordogne. Cette 4ème étape vous mènera de Belvès à Cadouin, chemin faisant vous admirerez la chapelle de Capelou puis l’église de Saint Pardoux de Belvès. Vous traverserez la forêt de la Béssede et au détour d’un sentier, arrêtez vous pour contempler le dolmen de Bonarme. A Urval, ne manquez le four à pain, rare vestige de la vie féodale. Continuez votre chemin et avant d’arriver à Paleyrac , traversez le hameau des spirits, les croix noires dessinées sur les portes sont des traces de la dernière grande peste. Vous voici enfin arrivés à Cadouin, village aux maisons dorées ramassées autour d’une halle sur la place centrale .
  • Complément géolocalisation
    En train, cet itinéraire se situe à proximité d'une gare TER.
  • Documentation
    Les fichiers GPX / KML vous permettent d'exporter le tracé de votre randonnée sur votre GPS (ou autre outil de navigation)
Points d'intérêt
1 Capelou
Le pèlerinage de Capelou est connu pour être le plus ancien du Périgord. Il est mentionné en 1153 dans une bulle du Pape Eugène III.
La légende de Capelou :Un gardien d’un troupeau de vaches est intrigué par le comportement d’une d’entre elles. Cette dernière se tient à l’écart des autres et est systématiquement attirée par un buisson.
Le berger voulant savoir pourquoi la bête se comporte ainsi regarde dans le buisson et trouve une statue de la Vierge. Il prévient les autorités religieuses qui font porter la statue à l’église de Belves. Mais le lendemain, celle-ci a disparue! Le berger paniqué revient voir dans le buisson...où la statue est re-apparue. Une chapelle est donc construite à cet endroit pour vénérer la Vierge à l’endroit où elle a été trouvée.
capelou.jpg
2 Saint Pardoux de Belvès
L’église de Saint Pardoux du 12ème siècle est située sur un promontoire dominant la vallée du Raunel. Dans les bâtiments attenants à l’église, se trouve un gîte d’étape qui permet de profiter de la tranquillité du lieu.
A proximité de l’église, se trouve le pigeonnier de Grimaudou. Le pigeonnier était un attribut de la noblesse. La chair du pigeon était appréciée ainsi que sa fiente qui servait de fertilisant.
A l’intérieur du pigeonnier se trouve une évocation de la viticulture sur les collines de la vallée Dordogne.
saint-pardoux-de-belves.jpg
3 La forêt Béssede
La Béssede forme un vaste massif forestier compact composé pour l’essentiel de châtaigniers (taillis important) et de résineux (pin maritime).
Elle s’étend sur un vaste plateau, au relief peu rigoureux, couvert de dépôts détritiques silicieux (graviers, sable, argiles). De nombreuses rivières y prennent leurs sources et sillonnent le pays.
Du fait de la nature difficile de ces terrains acides, plus voués à la forêt, l’agriculture y est peu développée et se concentre dans les vallées calcaires.
Ce territoire connaît une architecture en pierre malgré la présence du bois. Les bâtiments sont généralement structurés en différents volumes assemblés, les principaux en tuiles plates, les secondaires en tuiles canal.
la-foret-bessede.jpg
4 Le dolmen de Bonarme
A proximité immédiate du sentier, ne manquez pas ce dolmen également appelé ‘pied de vache’ car une vache se serait immobilisée sur la table du mégalithe et aurait laissé 2 empeintes. D’aucuns prétendent.que c’est le diable qui aurait laissé son empreinte.
Les dolmens sont des lieux souvent associés à des histoires fantastiques, à des légendes.
En Dordogne, plus d’une centaine de mégalithe ont traversé les siècles. La toponymie nous apprend qu’ils devaient être beaucoup plus nombreux: les lieux dits « Peyre... » « pierre en occitan » sont souvent témoins d’une implantation mégalithique « Peyre Negre », « Peyre rouyo », « Peyre levada »...
le-dolmen-de-bonarme.jpg
5 Urval
Le village d’Urval est situé sur un territoire boisé arrosé par 2 ruisseaux qui lui valent sans doute son nom: « Urval » signifiant en Celte « la vallée de l’eau ». Le village se répartit entre le bourg et 8 hameaux blottis dans la forêt Béssède qui ont su garder leur authenticité.
L’église romane « Notre Dame de la Nativité » , présente une nef du XIIème siècle voûtée en berceau portant une chambre de défense à 2 étages. Une autre chambre de défense se situe sur le chœur, et une haute muraille a été rajoutée au chevet pour finir de fortifier l’édifice.
En face de l’entrée de l’église se trouve le four à pain. Datant du XIVème siècle, il est un vestige rare de la vie féodale. Le four a fonctionné jusqu’à la guerre de 14-18, puis a été restauré en 1962 pour servir chaque année à faire du pain lors de la fête du village.
urval.jpg
6 Paleyrac-Les Spirits
Le nom de ce hameau viendrait de la dernière grande peste qui a frappé le Périgord au XVIIème siècle. En effet, les personnes qui étaient dans les maisons de ce hameau seraient tous décédés de la peste, et le lieu aurait pris le nom de « les péris » ou « les esprits » qui se serait transformé en « Les Spérits » ou « les Spirits » avec le temps.
Quand l’épidémie se répand en Périgord, les malades se réfugient hors des villes et villages dans les endroits plus isolés, où les notaires et témoins viennent recueillir les testaments en se tenant à 20 ou 30 pas de la porte, et le vent dans le bon sens.
Est-ce que les personnes atteintes de la peste sont venues dans ce hameau? Ou est ce que les habitants ont été atteints ici?
Quoiqu’il en soit, des croix noires ont été peintes sur les portes des habitations et sont encore visibles sur les bâtiments les plus anciens.
7 Le village de Cadouin
La fondation du village de Cadouin est liée à l’installation au XIIème siècle d’une communauté monastique.
Les moines choisirent cet endroit retiré dans la forêt Béssede mais alimenté par un ruisseau « le Belingou » qui passe aujourd’hui sous le village.
L’abbaye va développer son ordre propre, l’ordre Cadunien, avant de rejoindre le giron cistercien. Les moins défrichent, aménagent et le village naît.
Le village de Cadouin aux maisons dorées ramassées autour d’une halle sur la place centrale est marqué par une histoire liée aux moines et aux pèlerinages. Un sentier d’interprétation autour du village permet d’appréhender la relation de l’abbaye avec son environnement, la manière dont il a été aménagé.
Le-village-de-Cadouin.jpg
Fermer